Header

NON à la suppression du contrôleur dans nos TER !

4 novembre 2013 | Posté par Alexis dans Actualités

Des TER bientôt sans Chef de bord en Picardie…

Cette « expérimentation », autorisée par la nouvelle Convention Région – SNCF, concernera d’abord l’axe Paris – Persan – Beauvais et risque de s’étendre à plusieurs lignes picardes si elle était jugée « concluante ».

Comme elle l’a fait à plusieurs reprises lors de la concertation sur la nouvelle Convention, LUTECE rappelle son opposition à cette méthode d’exploitation qui annonce une dégradation de la sécurité et de la qualité de service.

Si cette mesure permettra quelques économies immédiates, celles-ci seront dérisoires par rapport au coût global annuel de l’exploitation et des investissements, qui se chiffre en centaines de millions d’Euros, d’autant qu’elles seront anéanties par la diminution prévisible des recettes puisqu’il ne sera plus possible d’acheter son billet dans le train (les distributeurs, lorsqu’ils fonctionnent, ne proposent pas tous les trajets ni tous les moyens de paiement) et par l’augmentation de la fraude que seuls des contrôles réguliers peuvent limiter.
De plus, chacun sait que l’absence de présence humaine dans les trains de traduira également par une hausse des dégradations sur le matériel (graffitis, sièges lacérés, vitres gravées, éclairages dégradés) qui s’ajouteront au déficit d’exploitation et pèseront sur le confort des voyageurs.
> C’est donc, d’un point de vue économique, un mauvais calcul sur le long terme.

La ligne choisie pour l’expérimentation traverse, comme d’autres de notre réseau, des zones dites sensibles. Dans un contexte de sentiment d’insécurité grandissant, il n’est pas envisageable de laisser les voyageurs sans personnel d’accompagnement à bord des trains.
De nombreux usagers n’osent plus prendre les transports en commun à certaines heures en Île de France à cause des incivilités, on ne peut pas accepter la même situation sur nos lignes picardes !
> La déshumanisation du service ferroviaire dégrade la tranquillité et le confort des usagers.

Sans Chef de bord, le conducteur sera obligé de quitter son poste de conduite pour intervenir seul au moindre incident (porte récalcitrante, signal d’alarme…), avec la clé un retard potentiellement important.
> Cette mesure fragilise donc encore l’exploitation.

La présence systématique du contrôleur est également indispensable en cas d’immobilisation d’un train, puisque le conducteur ne pourra pas à la fois appliquer sereinement ses procédures de sécurité ou dépanner sa rame en même temps qu’il informe et gère plusieurs centaines de voyageurs impatients et inquiets car bloqués en pleine campagne !
> Un seul agent n’est pas suffisant pour assurer à la fois la sécurité ferroviaire, l’information et la prise en charge des voyageurs.

 

Lire notre article : TER Picardie : une nouvelle convention entre la SNCF et le Conseil régional

 

Signer la pétition : www.petitions24.net/ter_picardie

Vous pouvez suivre les réponses à cette entrée par RSS 2.0 Vous pouvez laisser un commentaire, or trackback.

Une réponse



Répondre à Didier Nakache Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *