Header

Gouvernance du système ferroviaire : priorité à la pérennité et à la qualité des services

30 octobre 2012 | Posté par Lutece dans Actualités

Suite aux déclarations du ministre délégué chargé des transports Frédéric Cuvillier, dans son
interview accordée au journal Le Monde du 29 octobre, la FNAUT rappelle à l’Etat, à la SNCF et
à RFF leurs engagements vis-à-vis des usagers du train.

La FNAUT prend note des déclarations faites par Frédéric Cuvillier, ministre délégué chargé des
transports et de l’économie maritime, qui traduit la volonté du Gouvernement d’améliorer la
gouvernance du système ferroviaire.

Elle considère que la création d’un gestionnaire d’infrastructures unifié qui gèrerait de manière
indépendante, comme RTE pour l’électricité, l’ensemble des installations devrait permettre une
modernisation du réseau associée à une réduction des coûts de maintenance.

A ce titre, l’Etat actionnaire doit reprendre progressivement la dette ferroviaire, comme en
Allemagne, grâce à une fiscalité écologique reflétant une vision multimodale des transports.

La FNAUT attend de la réforme une amélioration rapide de la qualité de service au quotidien
(ponctualité des trains, densité des dessertes), une dynamique commerciale et économique qui
met fin aux réductions d’activités constatées ces dernières années et enfin une visibilité de l’offre et
des infrastructures sur le moyen terme.

Les améliorations attendues doivent également permettre :
• de remédier à la crise des sillons : commercialisation trop tardive des trains, interruptions de
circulations, particulièrement de TET, débordant anormalement des plages prévues pour les
travaux ;
• une amélioration de conditions de réalisation des travaux qui ne doivent pas supprimer de fait
des relations importantes (train de nuit Hendaye – Genève).

Les travaux sur les voies qui nécessitent des interruptions de longue durée doivent être desservis par
des itinéraires ferroviaires alternatifs ou des moyens de transport de substitution efficaces.

La question du transport ferroviaire en France ne doit pas se limiter à une simple réorganisation de
l’articulation administrative entre la SNCF et RFF. Il appartient à l’Etat de mener, de sa propre
initiative, une politique ambitieuse de développement des transports en commun et des trafics de
fret sur tout le territoire.

FNAUT

Vous pouvez suivre les réponses à cette entrée par RSS 2.0 Vous pouvez laisser un commentaire, or trackback.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *