Header

La SNCF peine toujours à recruter des conducteurs de train

30 août 2015 | Posté par Alexis dans Actualités

A quand des conducteurs en nombre suffisant pour éviter les suppressions de trains quasi-quotidiennes ? Autant le dire clairement : pas tout de suite. Ou devrait-on dire TOUJOURS PAS ! 

Les usagers rencontrent en effet d’importantes difficultés depuis des mois : en plus des problèmes malheureusement trop classiques de pannes, d’incidents sur la voie, de colis suspects, ou encore d’incendies aux abords des voies, de nombreux trains sont supprimés suite au manque de personnel de conduite.
Personne n’est épargné : ces suppressions massives (jusqu’à 17 trains annulés une même journée sur l’étoile de Creil) concernent l’ensemble des lignes et toutes les tranches horaires, avec parfois même plusieurs suppressions consécutives en période de pointe, ce qui provoque inévitablement, en plus des retards parfois importants, des conditions de transports déplorables dans les trains sur lesquels les usagers naufragés sont contraints de se reporter.
Cette situation lamentable qui pèse lourdement sur la vie pro et personnelle des usagers, est également source de conflits entre les usagers et les agents… Qui n’y sont pourtant pour rien. 

Tout cela peut paraître aussi absurde que scandaleux dans un pays dont le taux de chômeurs ne cesse de grimper, mais la SNCF explique ce manque de personnel par les taux d’abandon et d’échec toujours plus élevées lors des sessions de recrutement et de formation (peut-être lancées « un peu » tardivement), à tel point que l’entreprise va, selon des sources syndicales, faire appel à des conducteurs retraités volontaires pour limiter la casse à partir de septembre.

Selon la direction TER, une amélioration est tout de même à espérer à partir de mi-septembre avec l’arrivée progressive de quelques jeunes conducteurs, mais la situation ne sera pas forcément stabilisée pour autant.

Alors, que peut-on faire ?
La presse locale a largement relayé ces dysfonctionnements à plusieurs reprises, mais le problème reste entier et les recrutements en cours sont peu fructueux.
Bien que SNCF, ayant dimensionné ses effectifs au plus juste depuis des années et n’ayant pas anticipé cette pénurie ait une part de responsabilité indéniable, le phénomène, plus profond, de baisse des niveaux scolaires et de manque de motivation qui touche de nombreuses entreprises est aussi à prendre en compte.
La SNCF va certainement devoir adapter qualitativement sa politique de recrutement et de formation sans pour autant faire de compromis sur l’aptitude des conducteurs à transporter en sécurité des milliers de voyageurs. Ne plus limiter le recrutement des conducteurs au BAC est peut-être l’une des pistes à envisager afin de tenir compte du niveau réel des jeunes diplômés.
Quoi qu’il en soit, le minimum que l’on puisse attendre dans l’immédiat est une information sans faille et la plus anticipée possible des suppressions et des moyens de report. Nous sommes par ailleurs très vigilants à ce que des arrêts supplémentaires permettant prendre en charge les usagers des trains supprimés soient effectués quand cela est possible afin de limiter le temps d’attente.

Vous pouvez suivre les réponses à cette entrée par RSS 2.0 Vous pouvez laisser un commentaire, or trackback.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *