Header

Lettre ouverte a Guillaume Pépy

13 novembre 2012 | Posté par Lutece dans Actualités | Nos communiqués de presse

Monsieur le Président,

Les usagers du train en Picardie n’en peuvent plus : trains surchargés, retards récurrents, trains supprimés, information déficiente, contrôles intempestifs.

La FNAUT Picardie et l’association LUTECE qui luttent depuis des années pour l’amélioration des conditions de transport des picards tiennent à souligner les faits suivants :

Alors que l’introduction du cadencement devait se traduire par des améliorations de service en terme de fiabilité et d’offre, c’est le contraire qui est manifeste en Picardie sur de nombreux axes, en particulier St Quentin Compiègne Creil Paris et Amiens
Paris et retour. Des difficultés graves sont apparues : horaires inadaptés aux déplacements domicile-travail, suppressions de trains, allongement du temps de parcours et ce qui est inadmissible au quotidien, retards récurrents aux heures de pointe et surcharges insupportables, voire impossibilité de monter dans le train, ce dont pourront témoigner de nombreux usagers.
Nous rappelons à ce propos que la pétition initiée par l’association LUTECE et intitulée : »les usagers n’en peuvent plus » a récolté 1800 signatures en février 2012.

Quelles sont les causes de ces retards ou de ces dysfonctionnements ? Les usagers les entendent tous les jours: problèmes de matériel, difficultés de gestion de trafic, afflux de voyageurs.

On est en droit de s’interroger sur ces causes :

Les voyageurs n’existaient ils pas avant les nouveaux horaires ? Pourquoi y a-t-il des difficultés de gestion de trafic ?
Le cadencement, dont on nous a dit qu’il était une réussite, est-il en réalité et dans la pratique un échec ?
Quand on lit des textes sur la mise en place du cadencement en Suisse par exemple, on se rend compte que, préalablement, on avait mis les infrastructures en état, que l’équipement en matériel avait été prévu et que les méthodes d’exploitation avaient été revues.

Or ces conditions n’ont pas été remplies en Picardie puisque les problèmes de matériel sont récurrents, que la surcharge des trains est manifeste et que les retards s’accumulent.
Le problème du cadencement tel qu’il a été mis en place, c’est que les horaires sont souvent resserrés et donc qu’un retard sur un train entraîne un retard en cascade sur les trains suivants. Les correspondances deviennent alors très problématiques alors que leur nombre a augmenté considérablement, à Creil notamment.

A cela s’ajoute que l’évolution du réseau des trains INTERCITES a pesé lourdement puisque certains trains qui doivent relier les grandes agglomérations telles que Amiens Creil Paris ou St Quentin Compiègne Paris ont été supprimés ou décalés et ne correspondent plus aux besoins des salariés. Deux exemples:le train Intercités 7h09 au départ de Compiègne supprimé, le train Intercités 7h15 départ d’Amiens supprimé, ce qui entraine un report vers les trains TER qui ont vocation à s’arrêter dans plus de gares et donc à charger plus de voyageurs.

Il est donc urgent de tirer les leçons de cette année de service catastrophique et de mettre tout en œuvre pour améliorer la régularité des trains et le confort des usagers :

Les problèmes de matériel et de maintenance vont –ils être enfin résolus ? Les moyens mis en œuvre par la direction régionale SNCF n’ont pas suffi jusqu’à présent à corriger les dysfonctionnements récurrents et les plans d’action en cas de situation perturbée afin que les accidents de toute nature ne génèrent pas de retards en cascade restent à l’état d’ébauche.

Dans un deuxième temps, il convient de revoir l’offre 2013 pour qu’elle soit mieux adaptée aux horaires de travail et donc pour que les usagers se répartissent mieux sur les différents trains. Les améliorations envisagées ne résolvent que quelques problèmes criants (desserte de Compiègne et Chantilly) mais ne corrigent pas les erreurs de conception de la grille horaire.

Dans un troisième temps, il est nécessaire de revoir les relations avec les usagers, en termes d’information en cas de situation perturbée et de gestion des incidents. La « galère « des voyageurs hier soir 7 novembre en est un exemple aussi flagrant qu’affligeant. Il est d’autre part impératif que les contrôles tiennent mieux compte des conditions de transport, l’usager n’a pas à être considéré d’abord comme un
délinquant, un minimum de réactivité par rapport à la situation, telle que retard du train ou surcharge, est nécessaire .Cela va de pair avec les dédommagements qui sont tout à fait inadéquats.

Enfin la desserte des trains Intercités doit être améliorée afin que les agglomérations importantes de Picardie soient correctement reliées à l’ensemble du territoire et que les trains TER n’aient pas à pallier le manque de trains « nationaux ».

Monsieur Le Président,

Vous évoquez régulièrement les trains du quotidien, vous avez déclaré dernièrement qu’il fallait « produire plus de service public, de meilleure qualité et moins cher pour la collectivité ». Comment allez- vous mettre en œuvre cet objectif très louable en Picardie ?

Les usagers réclament instamment que ces déclarations ne restent pas à l’état de belles paroles mais que des améliorations substantielles voient le jour pour le service 2013.

La FNAUT et l’association LUTECE

Vous pouvez suivre les réponses à cette entrée par RSS 2.0 Vous pouvez laisser un commentaire, or trackback.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *