Header

Précisions sur la Garantie Picardie : la Région répond à nos questions

4 mars 2015 | Posté par Lutece dans Actualités

Ces réponses sont extraites d’un mail envoyé par François Cornier, Directeur des Transports au Conseil Régional :

L’information envoyée aux usagers évoque un déclenchement de la garantie Picardie uniquement pour la ligne Amiens – Creil – Paris. Qu’en est-il des voyageurs utilisant les autres axes (St-Quentin – Paris, Creil – Beauvais, Beauvais – Paris…), quels trajets sont réellement concernés ?

Pour les lignes touchées, je vous confirme que seront indemnisés :
Les abonnés qui ont voyagé intégralement ou partiellement sur l’axe AMIENS-PARIS
Exemple : Abbeville-Paris/ Abbeville Saint-Just/ Amiens-Paris/ Amiens – Saint-Just/Paris Saint Just / Mouy-Bury Paris/ Corbie-Paris et tous les abonnés sur Creil Paris, y compris ceux qui justifient d’un abonnement avec une destination sur l’axe Amiens-Paris (Survilliers Fosses-Chantilly / Creil-Survilliers / Clermont-Survilliers pour la majorité des voyageurs que nous avions identifiés)
Les abonnés qui ont voyagé partiellement sur l’axe Creil-Paris pour ceux de la branche  SAINT QUENTIN .
Exemple : Compiègne-Paris/ Compiègne Orry/ Paris Saint Quentin / Pont Sainte Maxence Chantilly.
Nous n’indemnisons pas les autres abonnés de cet axe qui n’ont pas une origine ou une destination sur Paris Creil ( ex Compiègne Creil/ Compiègne Saint Quentin/Tergnier –Creil sortent du dispositif).
Ce qui figure sur le site TER ne correspond pas à la décision que la région a prise, car le formulaire ne parle que de Amiens – Creil – Paris-Nord. Nous allons relancer la SNCF sur ce point.

Nous souhaitons connaître les taux de régularité des autres lignes et avoir un éclaircissement sur les méthodes de calcul et les critères retenus pour le déclenchement de la garantie. Les résultats affichés par la SNCF sont en effet différents de ceux utilisés dans le cadre de la convention, ce qui incompréhensible pour les usagers.
Par ailleurs, les utilisateurs de la ligne Amiens – Paris ne sont malheureusement pas les seuls à avoir subi une nette détérioration de la qualité de service.

Pour le déclenchement du dispositif, sont indemnisés les axes où le taux de trains à l’heure est inférieur à 87% pour deux mois consécutifs. Ce taux n’est pas (hélas) le taux affiché dans les gares, mais un autre calculé en enlevant les trains pour lesquels la SNCF est exonérée de pénalité. Pour les mois de décembre et janvier, Amiens – Paris Nord est à 85,9% en décembre et 79% en janvier. Il n’y a pas d’autre axe qui ait connu de taux de régularité inférieur à 87% en décembre ou janvier. Je ne dis pas que la situation soit satisfaisante sur Paris-Beauvais par exemple, avec des taux de régularité de 91,4% et 89,6%, mais c’est en tout état de cause supérieur à 87%, valeur qui correspond à une crise de production très sérieuse.

Je vous rappelle que l’impact financier est entièrement pris en charge par la région sous forme de perte de recettes. Nous estimons que l’indemnisation lancée sur le Y représente environ 600000 € à chaque déclenchement.

En conclusion, comme prévu par la convention, nous évaluons le fonctionnement du dispositif au bout d’un an d’existence et avons proposé des évolutions, car il n’est pas exempt de défaut sérieux.

Vous pouvez suivre les réponses à cette entrée par RSS 2.0 Vous pouvez laisser un commentaire, or trackback.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *