Header

Point sur la situation (alarmante) du matériel TER Picardie au 27/09/17

27 septembre 2017 | Posté par Alexis dans Actualités

Les usagers des TER et Intercités subissent des conditions de transport particulièrement éprouvantes ces dernières semaine. En cause, de nombreux incidents sur le réseau : arrachement de caténaire, pannes de passages à niveau, pannes ou indisponibilités des trains, sans oublier les incidents extérieurs au système ferroviaire.

Une conversation téléphonique avec D. Normant (Directeur TER Picardie que nous remercions au passage pour sa disponibilité) ainsi que d’autres éléments dont nous avons eu connaissance précédemment nous permettent de vous faire un point sur la situation en terme de matériel roulant.

Un grand nombre de trains étant indisponible, les circulations de trains en capacité réduite aux heures de pointe et les retards, voire les suppressions, dus aux indisponibilités des rames sont monnaie courante.

Il faut d’abord s’avoir que l’exploitation des lignes TER Paris – Creil, Paris – Amiens, Paris – St-Quentin et Paris – Beauvais mobilise normalement 20 rames de type Z26500 (TER 2N NG) 4 ou 5 voitures (le plus souvent en « train long » composé de 2 rames) et 8 rames de type V2N attelées à leurs locomotives BB15000R.

TER dispose également de 3 rames Z26500 supplémentaires qui restent normalement en atelier pour en assurer la maintenance, ainsi que d’une rame V2N de réserve et de plusieurs locomotives.
Enfin, 2 rames Régio 2N (les nouveaux trains dont la livraison est en cours) constituent 1 train long permettant de remplacer depuis juillet une V2N au heures de pointe, quand elles sont disponibles (défauts de jeunesse en cours de correction…). Dans ce cas, 7 V2N suffisent à assurer le plan de transport avec les compositions prévues, à condition toutefois que d’autres matériels ne manquent pas.
Les autres Régio2N livrées sont utilisées pour la formation des conducteurs des dépôts de Creil et d’Amiens, ce qui permettra en décembre 2017 d’assurer plus de trains avec ces nouvelles rames.

Venons-en enfin à la situation actuelle :

Sur les 7 V2N nécessaires, seules 5 étaient disponibles ce matin (mercredi 27), et 6 le sont ce soir et le seront (sauf nouvel incident) demain matin.
Par ailleurs, des rames Z26500 manquent également à l’appel.

Pourquoi un tel manque de matériel ?

En plus des pannes que l’on peut malheureusement qualifier d’habituelles, 3 locomotives tractant les V2N et une rame Z26500 ont eu leurs pantographes (élément qui permet de capter le courant électrique depuis la caténaire) endommagés, certainement à cause d’un défaut de la caténaire mais ce dernier n’a pas encore été localisé !
Une inspection avec des engins spéciaux doit être effectuée.

Une autre rame Z26500 4 voitures est bloquée à Beauvais depuis l’accident mortel avec un automobiliste sur le passage à niveau de Méru. La Justice n’ayant toujours pas levé les scellés, la SNCF ne peut même pas acheminer la rame en atelier pour commencer les réparations !

Et après ?

Ce jeudi à 10h, 4 des locomotives BB15000R vont être acheminées du Landy au centre de maintenance d’Achères, dans les Yvelines.
Problème : il est nécessaire pour l’acheminement d’encadrer les locomotives avariées par deux locomotives valides, dont le retour au Landy est prévu pour 16h. Si tout va bien !
Dans le cas contraire, la situation sera très compliquée !
Il est à noter que la maintenance légère de ces locomotives sera transférée à Amiens/Longueau fin 2017.

Une autre locomotive doit être réparée au Landy pour être mise à disposition jeudi soir et TER aurait obtenu une locomotive supplémentaire.

Cependant, des opérations de maintenance programmées sur d’autres rames ayant été repoussées du fait du manque de matériel, ces dernières risquent à leur tour d’être immobilisées dans les prochains jours.

Et du côté des trains à un seul niveau ?

La situation commence à s’améliorer doucement pour les Régiolis (automoteurs bi-modes de 330 places), pour lesquels le constructeur Alstom a été sommé de mettre en place un plan d’action avant l’été.
Une de ces rames a cependant été endommagée (heure d’un animal) et certains défauts de conception restent à corriger.

Concernant les autorails AGC, des immobilisations sont également à déplorer, notamment celle de la rame qui a été très lourdement endommagée en percutant un tracteur sur la ligne Abbeville – Le Tréport. On ne sait pas à l’heure actuelle si la rame pourra être réparée.

Fin 2017, l’arrivée de nouvelles rames TER Nord-PdC va permettre de transférer 5 AGC ex-Nord-PdC à la Picardie et de libérer les 2 Régiolis picards qui circulent actuellement sur Amiens – Lille, mais en contrepartie, certains autorails qui circulent autour d’Amiens (les X73500) seront retirés du service.

 

Vous pouvez suivre les réponses à cette entrée par RSS 2.0 Vous pouvez laisser un commentaire, or trackback.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *