Header

Réunion de concertation Service Annuel 2015 du 12 mai 2014

17 mai 2014 | Posté par Alexis dans Actions en cours | Actualités

La troisième réunion de concertation (ou de consultation si on veut jouer sur les mots) réunissait une nouvelle fois les représentants du Conseil Régional de Picardie, de la SNCF (TER et Intercités), de RFF et ceux des usagers (Collectifs IDR80 et SNCFvamtuer, Associations FNAUT Picardie et LUTECE).

Service Annuel 2015 : la genèse du projet

Pour rappel, le plan de transport actuel, présenté en 2011, avait été dénoncé unanimement par les associations et collectifs d’usagers naissants qui craignaient une dégradation des conditions de transport ; craintes qui se sont avérées parfaitement fondées : du jour au lendemain, nos difficultés se sont considérablement accentuées (trains surchargés quotidiennement, retards…).
Les aménagements obtenus difficilement à l’époque, dont certains ont été appliqués un an après le changement de service ont contribué à limiter la casse, sans pour autant résoudre les problèmes de fond.
Suite à ce constat sans appel et aux vives protestations des usagers, une étude portant sur la refonte de la grille horaire a été commandée au cabinet SMA avec pour principaux objectifs d’améliorer la répartition des trains sur la partie la plus chargée de la ligne (tronc commun Creil – Paris) pour éviter leur sur-occupation et de limiter le risque de propagation des retards.

Sur les groupes de réticulaires* (plans des circulations) produits par ce cabinet d’étude, celui retenu devait être applicable à court terme, c’est-à-dire sans entreprendre de lourds travaux de modification de l’infrastructure.

Une concertation dans un cadre très contraint

Les modalités de la concertation étaient donc clairement posées dès le départ : nous pouvions obtenir des adaptations, modifications d’horaires à la marge, remplacements de trains par d’autres en respectant la trame horaire, ajouts d’arrêts sur certains trains, quelques activations de sillons supplémentaires en tenant compte du matériel disponible et des contraintes budgétaires… Mais le réticulaire, bien qu’insatisfaisant pour les usagers de certaines gares situées au Nord de Creil, ne pouvait pas être totalement remis en cause.
Alors oui, nous déplorons que le simple décalage des horaires des trains directs et semi-directs entraine inexorablement des difficultés pour les nombreux travailleurs qui ont organisé leur vie professionnelle et familiale autour des transports, et nous avons demandé à plusieurs reprises que les usagers soient informés de ce chamboulement très en amont afin qu’ils puissent tant bien que mal prendre leurs dispositions, même si cela sera dans tous les cas très difficile pour certains.

Des demandes d’adaptations de ce réticulaire ont été formulées par écrit et de vive voix par les associations et les collectifs afin de corriger certains points critiques des grilles présentées : trous d’offre béants, réductions d’amplitude de desserte, pertes de correspondances, trains supprimés, etc.
Dès lors, il est évident que, même si nous continuons à dénoncer le nombre insuffisant de demandes acceptées, remettre perpétuellement en cause l’ensemble du réticulaire dont nous travaillons à l’amélioration depuis des mois,  et cela à seulement 7 mois de son entrée en vigueur est illusoire et ne peut pas faire avancer la concertation.

Une Réunion chaotique

Malheureusement, malgré le remarquable travail préparatoire réalisé par le collectif SNCFvamtuer et les interventions pertinentes de ses membres lors des précédentes rencontres, deux des représentantes du collectif (Mme Muller-Conte accompagnée d’une élue de Lamorlaye) ont monopolisé le débat en rejetant en bloc le projet (qui est pourtant conçu pour améliorer principalement les relations Chantilly-Orry-Paris en heure de pointe) et en exprimant leur exaspération des conditions de transport actuelles… Exaspération qui est parfaitement justifiée mais n’est pas liée au SA2015.
De ce fait, il a été presque impossible de défendre les demandes concrètes et réalistes d’amélioration, dont seules quelques-unes ont pu être débattues précipitamment.
Si ces remarques exprimées avec véhémence sont légitimes tant les enjeux du transport sont importants, elles auraient selon nous plus leur place en comité d’étoile qu’à ce genre de réunions destinées à obtenir des avancées sur des points précis.

Pour l’association LUTECE, la volonté est de travailler à l’amélioration et au développement de nos transports en commun, en obtenant des avancées, mêmes parfois modestes, mais sans tomber dans la facilité de la contestation systématique qui est improductive car elle occulte nos véritables difficultés.
De plus, nous estimons qu’informer les usagers et adhérents que nous représentons avec franchise et objectivité fait aussi partie de notre rôle d’association.

Quelques sujets ont tout de même pu être mis sur la table dans ces discussions houleuses :

Préparation des Comités d’Etoiles :
– La FNAUT Picardie a demandé que le très long exposé des statistiques soit synthétisé pour laisser un plus large temps de paroles aux usagers. La publication rapide de documents détaillés a également été réclamée.
Les lieux et dates sont disponibles ici : http://www.asso-lutece.org/comites2014.html

Horaires 2015 :
– La desserte de Creil le matin par les Intercités en direction d’Amiens : le collectif IDR80 s’oppose à cette demande, nous avons développé nos arguments ici.
Nous ne partageons pas le même point de vue mais nous respections le leur.
En tout état de cause, si notre demande a été acceptée sur le principe, les études approfondies que nous avons demandées auraient selon RFF et Intercités démontré l’impossibilité des arrêts à Creil, sauf sur celui de 12h31 (départ Paris) qui a dû être avancé à 11h50.
Une autre solution doit donc être trouvée pour permettre le rétablissement d’un temps de trajet correct entre Orry/Chantilly et Amiens le matin, mais le contexte de la réunion n’a pas permis d’en discuter. Nous avons soumis une proposition alternative au Conseil Régional qui est à l’étude.

– IDR80 a reproché à la SNCF et RFF de ne pas utiliser pleinement la capacité de la ligne entre Gonesse et Paris-Nord le matin, dans le but d’obtenir des trains direct Amiens > Paris supplémentaires (qui avaient disparu fin 2011). RFF affirme le contraire.

–  Le rétablissement de certains arrêts Intercités à Noyelles sur Mer et Rue a pu être obtenu suite aux demandes du collectif de la Somme, ce qui constitue une bonne nouvelle pour l’attractivité du territoire, mais la desserte demeure insuffisante à certaines heures.

– Le samedi, à défaut de la création d’un train qui a été refusé, LUTECE a proposé de remplacé le 19h04 Paris > Amiens (semi-direct) par un 19h07 (omnibus jusqu’à Liancourt puis semi-direct Amiens), qui est suivi d’un direct pour Amiens à 19h31 (peu d’écart à l’arrivée).
Cela a pour objectif de rétablir le même nombre d’omnibus qu’actuellement sur la branche Amiens le samedi après-midi, tout en comblant l’absence de départ pour Laigneville et Liancourt entre 17h07 et 21h07.
La répartition des sillons en sera également plus équilibrée avec entre 17h07 et 21h07, un omnibus + un direct en heure impaire et un semi-direct en heure paire.
Cette demande est sur le principe accepté par le Conseil régional et la SNCF, reste à en confirmer la faisabilité.

– Nous avons réitéré notre demande de rétablissement des arrêts à Chantilly et Orry sur le dernier train Amiens > Paris, qui est utile pour les relations entre villes régionales et le tourisme. Les chiffres d’utilisation de ces trains donnés par le CRP pour justifier la suppression des arrêts ne correspondent pas à ce que nous avons constaté sur le terrain.
Le rétablissement de la desserte sera étudié par RFF (ce train est déjà hors système).

– La demande commune des associations et collectifs de créer un train tardif au départ de Paris (en fin de semaine) pour les retours de sorties n’est pas acceptée, en dépit du nombre de voyageurs potentiels non négligeable que pourrait attirer ce train, que le CRP semble sous-estimer.
La possibilité de retarder le départ du 22h28 d’environ 15’ le samedi a également été évoqué mais doit être discutée pour ne pas pénaliser ses utilisateurs actuels.

– Pas de rétablissement du seul train omnibus St-Quentin > Compiègne le dimanche matin demandé par la FNAUT, mais un car de « remplacement » devrait être créé.
La FNAUT a regretté ce recul du service public ferroviaire au profit d’un mode de transport moins performant et attractif qui incite à reprendre sa voiture.

Une bonne nouvelle pour terminer : D’après D. Normant, un travail plus approfondi sur les roulements de matériel a permis de constituer une rame de réserve (comme c’est actuellement le cas), qui pourra être une Z26500 9 ou 10 voitures. Nous ne connaissons cependant pas les compositions théoriques des trains à ce jour.
Rappelons au passage ce plan de transport n’apportera aucun bénéfice aux usagers si la disponibilité du matériel n’est pas au rendez-vous !

Au final, à 21h, beaucoup de sujets n’avaient pas pu être évoqués.
Mais nous continuons à défendre nos propositions auprès du Conseil Régional et de la SNCF et à aller à la rencontre des usagers.


*Réticulaire : le réticulaire représente, sous la forme d’un graphique, l’ensemble des sillons proposé par RFF aux entreprises ferroviaires sur une partie du réseau ferroviaire sur une période d’une heure, avec pour chaque sillon, les horaires et la desserte du train. Le réticulaire dont nous avons connaissance concerne uniquement les circulations voyageur.

Sillon : capacité de l’infrastructure attribué à un train à un horaire donné tout le long de son parcours.
Sur un réseau cadencé, un sillon est dit « hors système » quand il ne respecte pas la trame du réticulaire.

Vous pouvez suivre les réponses à cette entrée par RSS 2.0 Vous pouvez laisser un commentaire, or trackback.

Une réponse

  • Alexis says:

    Propos de Mme Muller-Conte de SNCFvamtuer dans le presse et sur les blogs :
    « Contrairement à ce qu’affirme Christiane Dupart dans cet article (a t’elle vraiment dit cela?) si Creil et « au-delà » seront sur le papier mieux desservis, on peut légitimement s’inquiéter quant au nombre de places à bord.

    pourquoi?

    D’abord parce que les usagers avant Creil qui perdront des IC OU qui auront des horaires non adaptés se rabattront sur « nos » TERs (ils ne vont pas aller bosser en tapis volant!!)

    Ensuite parce que les nouvelles rames sont annoncées plus capacitaires car elles annoncent également (youpi pour toute personne de taille moyenne) de jolies places debout. Avec dragonnes. perso, voyager le nez dans les aisselles des autres sous prétexte que je mesure 1,63 et que je monte à Orry, non. Ou alors qu’on me fasse payer un abonnement « debout » »

    Notre réponse :

    Contrairement à ce que peut laisser entendre cette citation, Mme Dupart a indiqué au journaliste que « la desserte sera moins bonne pour les gares entre Creil et Amiens et Creil et Compiègne jusqu’au Noyonnais » mais en aucun cas que les gares situées au Nord de Creil seront desservies.

    D’autre part, Nous ne partageons pas l’analyse de Mme Muller :
    On ne voit pas pourquoi les usagers du Nord de Creil viendraient subitement surcharger les TER qui desservent Orry et Chantilly, car si l’on prend l’exemple de la branche Amiens le matin :
    – même situation qu’actuellement pour le premier omnibus Amiens>Paris
    – Les autres omnibus de la pointe (arr. actuelle à h+50 à Paris, h+53 au SA2015) seront moins intéressants pour les usagers de St Just et Clermont puisque les semi-directs qui, pour un départ 28 minutes plus tard, arriveront seulement 6’ après… Donc logiquement moins de monde dans les TER à Orry et Chantilly (d’autant qu’il n’existe pas de semi-direct qui arrive avant 7h32 actuellement alors qu’en 2015 l’Intercités qui arrive à 6h56 sera transformé en semi-direct, au grand dam habitants d’Amiens).

    Le soir, pas de report non plus sur les omnibus qui desservent Orry et Chantilly
    – en direction d’Amiens : l’omnibus partira 3’ après le semi-direct alors qu’il part aujourd’hui 6’ après le direct, donc la plupart usagers de Clermont et St Just qui empruntent par exemple les omni 17h07 et 18h07 prendront 17h04 et 18h04 qui sont plus rapides.

    La démonstration est également valable sur Paris – Compiègne – St-Quentin, à quelques nuances près.

    Les dégradations soulignées à juste titre par Christiane Dupart, que vont subir les usagers des branches Creil – Amiens / Creil – St Quentin sont liées aux repositionnement des sillons directs/semi-directs, en plus des suppressions de trains et d’arrêts (notamment le week-end et en période creuse).

    Par ailleurs, il ne faut pas oublier de préciser que le Cantiliens et Orrigeois bénéficieront d’un cadencement au ¼ d’heure vers Paris entre 6h21 et 9h05 (horaires départ Creil), ce qui donnera une période de pointe plus homogène et plus étendue qu’actuellement.
    Mais encore faut-il que la disponibilité du matériel et que la fiabilité de l’infrastructure suivent, et là c’est loin d’être gagné !

    Donc globalement, les utilisateurs de certains Intercités directs vont devoir se reporter sur des semi-directs, mais affirmer que les usagers des gares desservies par les semi-directs vont se reporter massivement sur les omnibus Creil-Paris en 2015 traduit, sauf éventuels cas particuliers, une mauvaise compréhension du plan de transport.

    Second point : les rames commandées auront une capacité ASSISE supérieure à celle d’une V2N 9 voitures, mais en contrepartie les sièges seront moins larges (3+2 places de front). Il n’existe pas de matériel TER comportant plus de places assises en tenant compte des normes d’accessibilité. On peut juste regretter que la mise en service de ces nouvelles rames entraine la radiation de certaines V2N (les autres vont êtres rénovées).



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *