Header

Les déficiences du Service 2015 : analyse et propositions d’aménagements

10 février 2015 | Posté par Alexis dans Actions en cours | Actualités | Ce que Lutece a obtenu

La situation catastrophique que subissent les usagers (retards importants quotidiens, trains courts…) est essentiellement liée aux dysfonctionnements récurrents de la SNCF :
– Manque de fiabilité du matériel
– Incapacité à mettre les rames à disposition en temps et en heure
– Manque de personnel de réserve pour assurer la conduite des trains
– Travaux dont les conséquence sur la régularité ne sont pas entièrement maîtrisées
Outre ces points critiques que la SNCF n’a toujours pas réglé malgré ses belles promesses, le travail de fond que nous menons sur l’amélioration de l’offre et sur l’adéquation entre la capacité de transport des trains et la demande doit continuer.
En effet, d’autres problèmes précis et clairement identifiés, ont pour origine la nouvelle offre 2015 ou le manque d’efficacité dans l’utilisation des rames.
Leurs conséquences : quelques trains surchargés même lorsque leur composition théorique est respectée, et une offre fortement détériorée pour certaines gares.

1) Les trains surchargés en situation normale

Nos relevés sur le terrain et les nombreuses remontées d’usagers nous ont permis d’établir une liste précise des TER et Intercités dans lesquels les voyageurs sont contraints de rester debout, y compris lorsque le trafic n’est pas perturbé et que ces trains circulent dans leurs compositions prévues (ce qui est malheureusement trop rare en ce moment !).
Nous avons proposé au Conseil Régional et à la SNCF des solutions qui ont pour objectif de remédier à cette situation inacceptable, puisqu’elle est contraire à l’un des principaux objectifs du Service Annuel 2015, en agissant directement sur le nombre de places assises dans le train (échange avec la rame d’un autre train moins fréquenté) ou en aménageant la grille horaire. Dans certains cas, les deux solutions doivent être combinées pour aboutir à un résultat satisfaisant.
Ainsi, des premières améliorations (bien qu’insuffisantes dans certains cas) ont pu êtres obtenues par l’ajout d’une 10ème voiture sur trois trains assurés en matériel Corail (Intercités 12302, 12321 et TER 847927).

> Tableau des trains structurellement sous-capacitaires communiqué à la Région

> Propositions d’aménagements de l’offre Paris – Compiègne – Saint-Quentin qui permettraient de limiter la saturation des Intercités 12013 et 12321

NB : Nous rappelons le fait, méconnu mais indéniable, que l’EAS sur Paris – Beauvais ajoute des contraintes d’exploitation : les compositions supérieurs à 8 voitures (4+4) étant interdites sans chef de bord en raison de la longueur des quais, la SNCF évite d’envoyer des rames de 5 voitures sur cette ligne, ces dernière ne pouvant plus être utilisées en unités multiples (trains longs de 5+4 voitures).
De ce fait, en conservant les mêmes horaires, la ligne de Beauvais nécessite un nombre de rames supérieur pour éviter une diminution du nombre de places : les trains en 5 voitures ont été remplacés par des 2*4 voitures, qui sont du coup manquantes là où elles seraient nécessaires sur le « Y ».
Encore un effet néfaste de cette mesure que nous avons dénoncé !

2) Les dégradations de l’offre sur les branches Creil – Compiègne et Creil – Amiens

Des aménagements de l’offre doivent être mis en place par la Région et la SNCF pour gommer les détériorations apportés par le SA 2015, notamment en ce qui concerne les gares situées au Nord de Creil !
Pour rappel, LUTECE ne conteste pas le principe d’un remaniement des horaires, qui était demandé depuis 2012 par l’ensemble des associations et collectifs d’usagers, mais n’accepte pas que la desserte de certaines gares soit gravement détériorée.
Il est par exemple inadmissible qu’une ville comme Pont Ste Maxence voit son offre réduite de 30% aux heures de pointe, avec des trains qui se succèdent à 12 minutes d’intervalle, puis une attente dépassant 45 minutes pour le suivant (cela est également valable pour la gare de Rieux-Angicourt).

La branche Amiens – Creil n’est pas mieux lotie.
En effet, bien que la mobilisation des associations et des usagers durant la consultation sur les nouveaux horaires ait permis d’obtenir quelques avancées comme la création de TER supplémentaires le soir, d’importants points noirs demeurent.
Saint-Just et Clermont ne sont plus desservies en direction de Paris pendant 3 heures en milieu de matinée, les salariés des entreprises et services picards souffrent également d’une dégradation de l’offre dans le sens Paris > Picardie le matin, etc.

Afin de remédier à ces déficiences qui pénalisent fortement les habitants et le développement économique du territoire, nous continuons de travailler à l’amélioration du service horaire avec nos interlocuteurs de la Région et de la SNCF. Pour cela, nous avons une fois de plus besoin du soutien des élus et de la mobilisation des usagers.

> Nos propositions d’aménagements de l’offre pour les branches Compiègne – Creil et Amiens – Creil

> Courrier adressé aux Maires suite à l’annonce du Directeur Régional SNCF Jésus Sanchez

Vous pouvez suivre les réponses à cette entrée par RSS 2.0 Vous pouvez laisser un commentaire, or trackback.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *